Télégraphie - FNARH

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Notre histoire > Télégraphie
Historique sur la télégraphie Chappe
par Paul Charbon


Les lignes de télégraphe aérien utilisées en France à partir de 1793 ont formé le premier réseau de télécommunications du monde. La conception, la construction et la gestion de ce réseau sont le résultat de l'activité des cinq frères Chappe.

La technique utilisée qui n'était pas nouvelle, consiste à placer sur des points hauts distants d'environ dix kilomètres des tours soutenant un mécanisme indicateur. Il était composé d'un bras long pivotant au sommet de deux poutres, lui-même équipé à chacune de ses extrémités de deux bras courts également pivotants. Des filins tendus sur des poulies permettaient de mouvoir cet ensemble à partir de la chambre haute du poste, grâce à un manipulateur approprié.


A. Jamaux, 1967, in La Télégraphie Chappe, Éditions de l'Est, 1993.


Les figures géométriques formées par ces bras indiquaient un nombre de 1 à 92 (vocabulaire de 1807) qui renvoyait à un dictionnaire de mots ou de phrases toutes préparées. Un premier nombre émis désignait la page, le second la ligne à retenir sur cette page. La lecture à distance de ces signes était faite grâce à une longue-vue assurant un grossissement convenable.

Il était possible de transmettre du poste de départ au poste d'arrivée, une dépêche de 25 mots sur une distance de 450 kilomètres en 38 minutes, par temps favorable.

Les frais de construction des six grandes lignes en service (1823) furent supportés par l'armée, la marine puis par le ministère de l'Intérieur. Ce réseau qui était à la seule disposition de l’État, n'a jamais transmis de dépêches privées.

À sa disparition en 1855, entraînée par l'apparition du télégraphe électrique, il comptait 534 stations, représentant 5 000 kilomètres de lignes.


Carte des lignes XVIIIe et XIXe siècle.

 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu