Les premiers pas - FNARH

Aller au contenu
 
Les premiers pas
 


 
         
1763
        
  • Naissance de Claude Chappe à Brûlon dans la Sarthe   (deuxième d’une famille de dix enfants).
  • Études au collège de Joyeuse à Rouen, puis au petit   séminaire de La Flèche d’où il sort avec le titre d’abbé commendataire et   pourvu de deux bénéfices importants.
  
  
            
1789
        
  • Suppression des bénéfices par l’Assemblée   Constituante.
  
            
1790
        
  • Claude, aidé de ses frères Pierre-François et René,   a l’idée de créer un système de communication pour permettre au gouvernement   de transmettre ses ordres à distances dans les moindres délais.
  • Il avait pensé pouvoir utiliser l’électricité mais   en vain.
  
  
            
1791
        
  • 2 et 3 mars :   premières expériences  concluantes entre   le château de Brûlon et le village de Parcé, distants de 16 km environ. Départ sur Paris en fin   d’année.
  • Première installation sur un des Pavillons de la   Barrière de l’Étoile, mais sabotage par des inconnus.
  • Membre de la Société Philomatique.
  • Expériences des bulles de savon électrisées.
  
  
  
  
       
1792
        
  • 22 mars :   Claude Chappe présente son invention à l’Assemblée Nationale qui nomme des   commissaires pour contrôler ses assertions.
  • 12 septembre   : nouveau sabotage sur l’appareil de Belleville. Claude Chappe demande la   protection par l’Assemblée.
  • 21 septembre  : séparation de l’Assemblée et création de la Convention.
  • 25 septembre   : quatre jours après sa 1ère séance, la Convention proclame la République   «Une et Indivisible».
  • 15 octobre   : la Convention renvoie la demande de Chappe au Comité d’Instruction Publique.
  • Novembre :   conception du matériel qui sera utilisé plus tard.
  
  
  
  
  
  
            
1793
        
  • 1er avril   : le député Romme relance l’affaire. La Convention décrète que la Conseil exécutif   provisoire est autorisé à faire un essai.
  • 6 avril :   désignation des commissaires pour superviser les essais.
  • 2 juillet   : la Convention ordonne aux maires de Belleville, Écouen et   Saint-Martin-du-Tertre d’assurer la protection des machines qui vont servir   aux essais.
  • 12 juillet   : expériences décisives entre ces trois communes.
  • 25 juillet   : rapport très favorable de Lakanal.
  • 26 juillet   : la Convention nomme Claude Chappe ingénieur télégraphe et charge le Comité   de salut public de désigner les lignes de correspondance à établir.
  • 4 août :   le Comité de salut public décide que le ministre de la Guerre donnera les   ordres et les moyens pour qu’une ligne soit construite entre Paris et Lille   et entre Paris et Landau.
  
  
  
  
  
  
       

         
1794
        
  • 16 juillet   : le Comité de salut public autorise le citoyen Chappe à établir la   communication entre Lille et Paris.
  • 15 août :   Abraham Chappe transmet de 17 h 45 à 19 h 30 la nouvelle toute fraîche de la   reprise du Quesnoy par les troupes de la République.
  • 30 août :   télégramme annonçant la victoire de Condé.
  
  
  
            
1795
        
  • 7 mai :   le Comité de salut public décide du prolongement de la ligne de Lille vers   Dunkerque et Ostende d’une part, et Bruxelles d’autre part.
  
            
1798
        
  • Avril :   mise en service de la ligne Paris – Brest.
  • 31 mai :   ouverture de la ligne Paris – Strasbourg.
  
  

       
Mise à jour : novembre 2021
Retourner au contenu