La fusion des services postaux et télégraphiques - FNARH

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Notre histoire > La Poste > La poste au XIXe siècle
LA POSTE AU XIXE SIÈCLE : LA POSTE ACCOMPAGNE L'EXPANSION ÉCONOMIQUE
La fusion des services postaux et télégraphiques, une fusion difficile


Déjà provisoirement réalisée sous la direction de Steenackers, directeur des lignes télégraphiques, d'octobre 1870 à février 1871, cette fusion est réalisée définitivement par le gouvernement "considérant que le service des lignes télégraphiques et le service des Postes ont un but commun et doivent se compléter mutuellement..."
Cette mesure doit beaucoup (décrets de décembre 1877 et février 1878) à Adolphe Cochery sous-secrétaire d'État au ministère des Finances dont dépend la Poste.
Devenu ministre des Postes et Télégraphes (le premier à porter ce titre) en février 1879 et jusqu'en avril 1885, il se montre particulièrement actif. On lui doit, outre la construction de l'Hôtel des Postes de Paris, la création du service des recouvrements en 1879, la création de la Caisse d'épargne postale en 1881, ainsi que l'introduction de la machine à oblitérer Daguin, premier pas vers une mécanisation des tâches qui, dans les métiers du courrier, font appel à une main d'œuvre peu spécialisée et mal rétribuée.

  • 6 décembre 1873 : dans son règlement d'administration publique, la loi prévoit la fusion prochaine du service des Postes et du service des Télégraphes.

  • 20 décembre 1877 : création, sous la responsabilité de Louis-Adolphe Cochery, d'un sous-secrétariat d'État au ministère des Finances ayant en charge le service des postes et le service des télégraphes.

  • 27 février 1878 : rattachement officiel du service des télégraphes au ministère des Finances.

  • 1er mars 1878 : fusion entre le service des Postes et le service des Télégraphes.

  • 1er mai 1878 : nouveaux tarifs :
– tarif unique pour les lettres (15 centimes pour la France, 23 centimes pour l'étranger) ;
– tarification au mot pour les dépêches télégraphiques (5 centimes le mot).

  • 13 mai 1878 : un décret retire la fonction d'ordonnateur secondaire aux inspecteurs du télégraphe pour la confier aux directeurs départementaux.

  • 5 février 1879 : création du ministère des Postes et des Télégraphes. Louis-Adolphe Cochery est nommé ministre.

  • 15 octobre 1880 : les directeurs-ingénieurs sont rétablis dans leur fonction d'ordonnateur secondaire.

  • 9 avril 1881 : création de la Caisse nationale d'épargne.

  • 23 avril 1883 : nouvelle organisation : découpage départemental pour le service de l'exploitation ; découpage régional pour le service technique (16 régions dont celle de l'Algérie).

  • 6 avril 1885 : Louis-Adolphe Cochery quitte le ministère des Postes et Télégraphes, il est remplacé par Ferdinand Sarrien.

  • 7 janvier 1886 : Félix Granet remplace Ferdinand Sarrien à la tête du ministère des Postes et Télégraphes.

  • 20 mars 1886 : modification de l'organisation des services ; les directeurs départementaux ont, de nouveau, autorité sur les services de l'exploitation et les services techniques.

  • 1887 : le ministère des Postes et Télégraphes est supprimé ; la nouvelle direction générale des Postes et des Télégraphes est rattachée au ministère des Finances.

  • 5 janvier 1889 la direction générale des Postes et Télégraphes est rattachée au ministère du Commerce et de l'Industrie.

  • 29 mars 1888 : décret réformant l'École supérieure de télégraphie qui devient l'École professionnelle supérieure des postes et télégraphes.

  • 5 juillet 1890 : décret transformant le corps de contrôle en Inspection générale.

  • 9 juillet 1895 : pour améliorer la décentralisation et organiser les services extérieurs, douze directions régionales des Postes et des Télégraphes sont créées à Bourges, Bordeaux, Châlons-sur-Marne, Lille, Lyon, Marseille, Nantes, Orléans, Paris, Rouen, Toulouse et Alger. Le directeur départemental de ces villes prend alors le titre de directeur régional ; il conserve la direction de son département.création régionale des Postes et des Télégraphes.

En 1890, les agents sont plus de 63 000, le nombre des bureaux est de 7 449 et le trafic atteint 1762 millions d'objets.
 
Retourner au contenu | Retourner au menu