Ouvrages FNARH - FNARH

Aller au contenu
Réalisations de la FNARH


Le réseau français de cabines téléphoniques (1884-2017)
Ce réseau peut, à juste titre, être considéré comme complémentaire du réseau téléphonique classique. Ne sont-ils pas nés pratiquement en même temps ?
Ils ont subi les mêmes contraintes financières pour se développer. Cependant, les cabines téléphoniques, accessibles à tous 24 heures sur 24, ont permis à la population française de pouvoir téléphoner malgré la pénurie des lignes d'abonnés.
Toujours frileuse face à l'arrivée d'un nouveau moyen de communication, l'Administration en confie la gestion à la Poste, puis à la Compagnie Le Taxiphone dès l'apparition des premiers appareils à prépaiement en 1922. En 1970, la Direction Générale des Télécommunications ne renouvelle pas cette concession et prend, en 1975, une décision surprenante : 100 000 cabines sur la voie publique en 1980. Pari gagné, le service du téléphone public est alors créé.
La présence des pièces de monnaie dans les appareils provoque une montée importante du vandalisme. Pour y faire face, le choix est fait d'un nouveau moyen de paiement : la carte à puce inventée par Roland Moreno.
Cette décision entraîne le renouvellement progressif des publiphones et permet d'enrichir le dictionnaire de l'Académie française en y ajoutant le mot Télécarte.
Après avoir atteint son apogée à la fin du xxe siècle, il décline rapidement et disparaît définitivement le 31 décembre 2017, vaincu par le développement exponentiel du Smartphone.
Pendant cent trente-deux ans il remplit parfaitement son rôle de service public.
La FNARH se devait de l'honorer.
Cet ouvrage est présenté dans un format 19 x 25 cm en couleur de plus de 300 pages et de plus de 300 illustrations.

Prix public : 25 € + 10 € de frais de conditionnement et de port.
Prix postier et télécommunicant : 15 € + 10 € de frais de conditionnement et de port (sur justificatif).




La difficile naissance des transmissions militaires françaises (1793-1871)
Le télégraphe Chappe, premier système de télécommunications au monde, est rattaché, dès son invention, au ministère de la Guerre, du 4 août 1793 au 28 février 1798, entrecoupé d’un intermède de quelques mois au ministère des Travaux publics.
 
Le pays ayant recouvré la paix, le télégraphe est récupéré, à partir du 1er mars 1798, par le ministère de l’Intérieur. Il y restera, à l’exception de la ligne Paris – Brest aux frais de la Marine, jusqu’à la fin du système Chappe. Il en est de même de son successeur, le télégraphe électrique, en temps de guerre. Ainsi, lors de la conquête de l’Algérie, de la guerre de Crimée, de la guerre d’Italie et de celle du Mexique, ce sont les hommes de l’infanterie et du génie qui seront à la tâche, mais ils sont la plupart du temps commandés sur le champ de bataille par des civils en uniforme...
 
Un homme, Adolphe Niel, sapeur du génie, se fait remarquer dès 1836. Il est pratiquement de tous les combats et c’est finalement en tant que ministre de la Guerre, que Niel va s’attaquer à un gigantesque chantier, la réforme de l’Armée, et en particulier dessaisir l’infanterie du matériel télégraphique pour le confier au génie : c’est la naissance des transmissions militaires en 1867.   Niel décède deux ans plus tard et ne pourra pas concrétiser sa tâche, mais elle sera finalement réalisée après la guerre de 1870-1871.

format 16 x 24 cm – couleur – 164 pages

Prix public : 15 €.
Prix postier et télécommunicant : 12 € (sur justificatif).





Postes et Télécommunications Françaises. 
1970-1990. Les PTT se transforment
En 1970 la situation du téléphone est catastrophique. La France est bonne dernière en Europe car la classe politique n’a jamais voulu regarder le problème en face, et même pire, elle n’a pas vu arriver ce phénomène de société. Devant la formidable croissance du secteur et l’extraordinaire développement de nouvelles technologies, les enjeux deviennent mondiaux ; les Télécoms ont donc besoin d’autonomie pour jouer dans la cour des grands malgré les réticences de l’administration des PTT pour s’en séparer.
Pendant ce temps, la Poste se remet en cause en cherchant de nouveaux secteurs porteurs. Elle informatise les bureaux de poste, le traitement du courrier et des colis puis développe les services financiers qui, quelques années plus tard, vont donner naissance à La Banque Postale.
En 1990, après deux décennies de préparation, les PTT se transforment en deux entreprises publiques, France Télécom et La Poste, ouvertes à la concurrence et soumises à une régulation ministérielle (lois Quilès).

format 21 x 29,7 cm – couleur – 528 pages

Prix public : 35 €.
Prix postier et télécommunicant : 30 € (sur justificatif).


Postes, Télégraphes, Téléphones en France.
Une chronologie illustrée du XIXe siècle
Deux grandes découvertes majeures, la traction à vapeur et l'électricité, ont provoqué des bouleversements importants dans les domaines explorés dans cet ouvrage : le transport du courrier dans les trains, la transmission de messages grâce au télégraphe, et enfin, l'apparition du téléphone. Le siège de Paris durant la guerre de 1870 a conduit la Poste à imaginer des moyens inédits pour acheminer le courrier : les ballons-montés, les pigeongrammes et les boules de Moulins. Chaque année fait l'objet d'une rubrique « Repères » permettant de situer l'environnement politico-économique national et mondial, suivie des évènements importants qui ont marqué l'évolution des services postaux et télégraphiques.

format 21 x 29,7 cm – noir et blanc – plus de 400 pages.

Prix public : 40 €.
Prix postier et télécommunicant : 35 € (sur justificatif).

et pour 1 € de plus, recevez La famille Chappe.


Bibliographie. Télégraphie aérienne. Fin XVIIIe – milieu XIXe siècle
Guy De Saint Denis vous invite à découvrir sa Bibliographie. Télégraphie aérienne. Fin XVIIIe – milieu XIXe siècle mise à jour avec de nouvelles références enregistrées jusque fin 2016. La précédente édition de 2006 et cette dernière version sont établies sur le même plan que celle de La Télégraphie Chappe à savoir : table alphabétique des auteurs et présentation thématique.

Format 21 x 29,7 cm – 40 pages – édition FNARH.

Prix : 8 €.


Itinéraire illustré de la ligne de télégraphe aérien Paris – Milan dans son trajet entre la capitale et la limite nord du département du Rhône en 1807
La FNARH propose un nouvel ouvrage reproduisant, en fac-similé, l’intégralité des illustrations appartenant au musée de La Poste de Paris. Cette iconographie est complétée de textes de présentation et de commentaire de Paul Charbon, Michel Ollivier, Guy De Saint Denis et une carte d’Alfred Jamaux.

Splendide album de 112 pages tout en quadrichromie.
format 23,5 x 32 cm - papier 150 g et couverture rigide.

Prix : 20 € (frais de port offert).


Instruction à l’usage des stationnaires télégraphiques, 1827
La réalisation de ce fac-similé – partenariat de la Bibliothèque historique des postes et des télécommunications (BHPT) et de la Fédération Nationale des Associations de personnel de La Poste et de France Télécom pour la Recherche Historique (FNARH) – permet de faire revivre un document technique, publié en 1827, destiné aux agents des stations de télégraphe. Celui-ci décrit, sous forme de questions-réponses, les différentes parties du télégraphe Chappe et leur manipulation.

Format 12 x 18. 25 pages. Édition FNARH.

Prix : 3 €.

Mise à jour : novembre 2022
Retourner au contenu